13 décembre 2016

Reprise


 « Le principe de précaution est une ânerie et bloque tout. Trop d'écologistes politiques vivent des peurs qu'ils exploitent, sont antiprogrès et mélangent cela avec un gauchisme sociétal. »
  Hubert Védrine, L'Opinion, 27/03/2014

Cette photo représente le canal de la Marne au Rhin dans Strasbourg vendredi dernier, saisi par ce que les DNA ont baptisé : la neige industrielle.

13 décembre 2013

Etre benèze

C'est ce que l'on dit ici. C'est un idéal, une manière de vivre. Ici dans les marais comme sur la mer, le silence règne. On n'écoute que le vent.

20 novembre 2008

les mâchoires du langage

tout ce mécanisme verbal qui, si nous n’y prenons garde, s’ingénie à chaque instant à penser pour nous tout seul, de laisser le champ libre à l’" aimantation " intérieure du subconscient..la dictée intérieure, y doit se doubler d’un effort de tous les instants, et qui réclame, lui, l’attention la plus soutenue, pour desserrer les mâchoires du langage, pour paralyser ses mécanismes moteurs, toujours prêts à se substituer à la pensée qui lâche la bride. Une langue, et surtout une langue qui comme la française a beaucoup servi (il s’agit ici de son usage littéraire) tend à ressembler de plus en plus à un système compliqué d’aiguillages entrecroisés – où le mécanicien aux yeux bandés, beaucoup plus souvent que de provoquer quelqu’une de ces magnifiques catastrophes de locomotive renversée dans la forêt vierge dont rêve Breton, risque, plus banalement encore que d’autres, d’aboutir au cul-de-sac ensommeillé d’une voie de garage: on ne l’a déjà que trop vu. (...) (Julien Gracq, André Breton, quelques aspects de l’écrivain, p. 94, édition José Corti)

17 juin 2008

stop and go

Après le vote des Irlandais, on se méfiera des référendums. Les votations helvétiques fonctionnent (à peu près) par une longue habitude de la réflexion : dans les années 80 les Suisses s'étaient laissé convaincre de s'opposer à la réduction du temps de travail ! C'est aussi qu'ils votent souvent. Lorsqu'on organise de temps en temps un référendum exceptionnel, on est certain d'être, non dans la démocratie mais dans le sondage d'opinion. On ramasse des notes d'ambiance : le gouvernement n'a pas la côte alors on sanctionne l'Europe... A chaque crime croustillant, on pourrait rétablir la peine de mort. Si l'auteur était bronzé, on pourrait en plus voter pour l'expulsion immédiate des étrangers ! Ce n'est pas ça la démocratie.

01 mai 2008

douter, douter

Au lycée, mon prof de philo moquait les sceptiques mais admirait Descartes. Un demi-siècle plus tard je suis convaincu que Descartes aurait eu raison de s'arrêter à l'évidence du cogito. Pour le reste rien n'est jamais certain surtout en sciences. En général mieux vaut fermer sa gueule si l'on n'est pas un menteur professionnel comme il en fleurit dans toutes les allées et les contre-allées de tous les pouvoirs. C'est l'ére de la communication, c'est tout dire en un mot. Mais si rien n'est certain, le grand secret est de savoir que cela ne doit pas nous conduire à penser que tout se vaut. Bien au contraire.

29 avril 2008

la précaution est le contraire de la prévention

"Le principe de précaution contient une contradiction interne : on prétend éviter grâce à ce principe les risques incertains, mais le fait d’imposer ce principe comporte justement un risque incertain, celui d’empêcher l’émergence des solutions à certaines catastrophes qui auraient pu être évitées grâce à des innovations ou des découvertes rendues impossibles par l'application même du principe. Une multitude de découvertes (le feu, le Nouveau monde, la radiologie, les antibiotiques, etc.) auraient été impossibles si un "principe de précaution" avait existé aux époques respectives où elles sont apparues.

Le but est pour les hommes politiques d'échapper à leur responsabilité, de justifier le protectionnisme, de préférer l'ignorance et la pauvreté à la prise de risque, de mettre en avant le faux concept de "responsabilité collective" (responsabilité que l'humanité présente aurait vis à vis des générations futures) pour nier les droits individuels et accroître le rôle de l'Etat (garant de l'irresponsabilité institutionnelle).
"

Extrait de Wikiliberal

18 avril 2008

innocents

Regardé hier soir sur Arte, les Innocents de Bertolucci, The Dreamers. Enfin un regard chargé d'intelligence sur le sujet. Les personnages jouent comme nous jouions. Comme les barricades, la phraséologie marxiste, l'occupation de la Sorbonne étaient nos jeux. On jouait à transformer le monde. Il était donc encore assez enchanté pour l'être. Le jeu, à la fin, ruine l'ordre établi, c'est pour cela qu'on ne le tolère que chez les enfants ou autrefois lors du carnaval. Sarkozy a bien raison de détester mai 68, lui qui ambitionne d'être un cul de plomb.

09 avril 2008

citation

I dedicate these words to the impossibility of finding a word equal to the silence inside me.

Paul Auster. White Spaces, Collected Poems, 2004

06 avril 2008

non à la directive de la honte

Au mois de mai 2008, un projet de directive sur la rétention et l'expulsion des personnes étrangères sera soumis au Parlement européen.
Depuis 1990, la politique européenne conduite par les gouvernements en matière d'immigration et d'asile s'est traduite par une réduction continue des garanties et des protections fondamentales des personnes. L'Europe se transforme en une forteresse cadenassée et met en oeuvre des moyens démesurés pour empêcher l'accès à son territoire et expulser les sans-papiers.

Le projet de directive, s'il était adopté, constituerait une nouvelle régression.
En prévoyant une rétention pouvant atteindre 18 mois pour des personnes dont le seul délit est de vouloir vivre en Europe, il porte en lui une logique inhumaine : la généralisation d'une politique d'enfermement des personnes étrangères qui pourrait ainsi devenir le mode normal de gestion des populations migrantes.
En instaurant une interdiction pour 5 ans de revenir en Europe pour toutes les personnes renvoyées, ce projet de directive stigmatise les sans-papiers et les transforme en délinquants à exclure.
Signez l'appel de la CIMADE aux élus européens contre la directive de la honte.

29 mars 2008

en toutes choses préférer l'impur

Nous avons connu ceux qui pensaient que les maux de la terre disparaîtraient si les Juifs étaient éliminés. D'autres en firent autant concernant les Communistes, les Musulmans ou les intellectuels. Enfin, il y a peu de temps certains pratiquèrent la purification ethnique. Le bouc émissaire ne plaît à dieu que sacrifié au nom de la pureté. Il y a deux jours sur la chaîne Arte, j'ai vu une jeune scientifique allemande expliquer qu'elle cherchait à comprendre comment serait l'océan si les hommes disparaissaient ou n'avaient jamais existé... J'ai compris que pour certains écolo-intégristes l'apothéose de la purification était à venir.

17 mars 2008

in memoriam Lazare Ponticelli

Lazare Ponticelli, dernier "poilu" de la "Grande Guerre" était un voisin et il était venu dans l'école de nos enfants. Son histoire d'émigré illettré était exemplaire. Son message était simple : "ne faites pas la guerre !". Il le disait tout le temps aux enfants. A la fin je crois qu'il s'est fait avoir, car accepter un hommage d'Etat, même sobre, c'était être assuré de la présence de sabreurs en uniforme et va-t-en-guerre (qui ne font qu'y envoyer les autres), d'un président de la République en mal de discours patriotiques... Raté mon pauvre vieux, le message pacifiste a fait long feu. Qui saura aujourd'hui dire le sang, la puanteur de la mort et l'odeur de merde qui entourent le patriotisme en action ?

02 mars 2008

06 février 2008

21 janvier 2008

annulation du Paris-Dakar

Je n'ai pas d'inclination particulière pour les sports mécaniques mais je souhaite me faire l'écho des propos du cinéaste Abderrahmane Sissako :
"J’entends depuis quelques jours, çà et là, et sans voix pour y répondre, qu’il ne faut plus aller en Mauritanie, que c’est dangereux. Je vous invite en Mauritanie. Je vous y invite parce que ce pays conduit, depuis des siècles, une singulière «politique de civilisation», comme le réclamait récemment pour son propre pays le président de la République française. Ce mélange de cultures maure, arabo-berbère et noire africaine, ce brassage ethnique, cette terre d’échanges fertiles sont à bien des égards, malgré le sous-développement, des gages de civilisation. Je vous invite en Mauritanie parce que ici comme nulle part ailleurs une culture nomade a forgé une culture érudite. Je vous invite à rencontrer nos savants, nos griots, nos musiciens, à connaître ce pays qui compte quatre villes classées par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité, ce pays qu’on dit être le pays du million de poètes, je vous invite à visiter nos universités et nos bibliothèques du désert. Je vous invite en Mauritanie parce que l’annulation d’une compétition sportive ne doit ni effacer les efforts d’un pays pour construire son image dans la région et dans le monde et pour faire vivre son identité de nations multiples, ni surtout à encourager les terroristes à continuer à nous faire peur. Je vous invite à venir en Mauritanie comme nous avons continué à aller, et plus engagés que jamais, à Madrid, à Londres, à New York après des attentats autrement meurtriers. Qui aurait d’ailleurs renoncé à visiter ces grands pays d’Europe ou les Etats-Unis ? Le vrai combat contre le terrorisme, c’est cela, cette solidarité sans faille. A nous, par notre détermination, de faire peur aux barbares. Je vous invite en Mauritanie, femmes et hommes de conscience, pour ne pas laisser votre place à ceux qui font injure à notre longue et ancienne civilisation."
source : Libération du 9 janvier 2008

11 janvier 2008

le péril jeune

Une étude récente de la Fondation pour l'innovation politique (téléchargement)montre que les jeunes Français battent des records de morosité. Confrontés à 20 000 autres jeunes de différents pays, ils sont les plus pessimistes. Frileux, redoutant l'ouverture de la mondialisation, n'espérant pas grand chose de la vie, ils pensent être incapables de faire bouger la société. Punaise.
Une des questions traitait de la bonne volonté "à payer pour les âgés". Les Chinois se sentent les plus solidaires devant les Russes et les Indiens, les Scandinaves, les Américains et les Britanniques. Les Français : bons derniers.
Normal. Les vieux, c'est nous alors nous le valons bien.
Bien sûr ce sont nos pères et mères qui ont fait le monde dans lequel nous avons vécu. Mais c'est nous qui en avons profité. Nous avons eu la chance incroyable dans l'histoire du monde de connaître la paix. La vraie. Nous ne connûmes les guerres coloniales que de loin ou sous forme de manifestations de rue. Nous avons vu naître l'Europe, c'est à-dire la paix. Nous avons vu le début de la conquête spatiale, la découverte des premières exoplanètes connues. Applaudi à la fin de la peine de mort qui nous mettait dans le groupe des Nations civilisées. Nous avons vu le pays s'enrichir de façon extraordinaire : la douche, la bagnole et le réfrigérateur pour presque tous. Nous avons connu les premières écoles mixtes. Nous avons connu les vacances et les voyages.
Nous avons fait sauter les carcans que nos pères conservaient pieusement des ancêtres. Ce fut notre rôle. Nous avons libéré la parole, les corps et la sexualité. Enfin fait avancer la cause des femmes. Ouvert les études à presque tous. Fait la route des Indes. Nous avons même réussi à gagner notre vie. Nous avons eu tous les bonheurs. Et en plus ils faudraient qu'ils payent nos retraites en nous écoutant répéter que nous vivons une époque formidable ! Et qu'ils soient contents de le faire ! Non.
Mais tout de même qu'ils n'écoutent pas trop la poignée de Pétainistes hargneux et peine-à-jouir que l'on entend trop dire et répété que les "malheurs des temps" (quel malheur d'ailleurs ?) seraient du à la génération de 68. Ne savez-vous pas qu'il est vain de se lamenter ? Ne savez-vous pas qu'il est bon de regarder le monde changer ?Au lieu de ratiociner comme des vieillards (ceux d'avant), feriez mieux de secouer un peu le cocotier, nom de dieu!

05 janvier 2008

actualités locales


Hier, vers dix heures, trois cygnes sont passés d'un vol lourd et bruyant à basse altitude au-dessus de notre maison.

12 novembre 2007

honneur à La Rochelle

Une femme "clocharde" ou même "pocharde" diraient certains, "sdf" en politiquement correct, est morte aujourd'hui à La Rochelle. Elle est morte à sa place habituelle sur les marches d'un magasin du centre ville. Ailleurs personne n'en parlerait, sauf les flics entre deux portes et encore. Ici ce fut, ce soir, le premier titre des actualités régionales de France 3. Les marginaux, mais aussi les bourgeoises du quartier, en tenue de bourgeoises, vinrent dire aux journalistes que c'était une femme bien et qu'elles avaient coutume de lui acheter son vin préféré, du rosé, Monsieur. La journaliste raconta que cette femme avait été mariée à un fonctionnaire et qu'elle avait vécue toute une vie autre. Et c'était bon d'entendre parler de cette malheureuse femme. Je suis content d'habiter enfin une ville normale,où l'on ne vit pas dans la haine de son prochain, où la peur est estompée, où les gens semblent normaux.

03 novembre 2007

silence

On me demande de reprendre la parole. A vrai dire je n'en ai qu'une envie limitée. La mer, le vent, la province me poussent au silence. Je n'éprouve plus guère de ces frustrations qui me faisaient crier. Mes cris sont devenus domestiques. Je travaille de mes mains. Je reste le nez dans le vent. Le comble du bonheur pour les gens d'ici, c'est d'être "bénèze". C'est leur ambition suprême. Cela me convient. Et cela peut conduire loin, mais sans jactance.
Concrètement : je vais réfléchir à la question en cagouillard d'adoption.

16 juin 2007

retour

Merci aux agentes de France Telecom qui ont pris le problème en main, j'ai enfin à nouveau une ligne adsl. A La Rochelle, ville belle et rebelle, il fait beau, l'air est pur et je m'y sens infiniment bien. Je vous livrerai ce soir, alors que le vent du conformisme et de l'ordre moral souffle ses vapeurs délétères, en guise de reprise cette phrase de Buenaventura Durruti : "Aussi longtemps que l'homme ne pensera pas par lui-même et ne prendra pas les responsabilités lui incombant, il n'y aura pas de libération totale de la personne humaine".
No pasaran !

10 juin 2007

silence involontairement persistant

Bon, pour moi la situation est simple. J'attends depuis le 31 mai le transfert de ma ligne adsl sur mon nouveau numéro de téléphone (précision pour Benjamin : c'est à La Rochelle). Merci France Telecom.

27 mai 2007

rasage assuré mais suspendu

"Tout héros finit par devenir un raseur" disait Emerson. Quand tu n'es en rien un héros, le risque serait-il plus grand ? Je me le demande, forcé de constater qu'avec l'âge on raconte de plus en plus souvent sa guerre de Crimée, -ce dont tout le monde se contrefiche-, et pis encore on a de moins en moins de gens à raser ! Bref, tout cela pour dire que cette fois je déménage pour de bon au bord de mer. Donc primo, il va y avoir un temps certain mais inconnu de coupure de ma liaison internet ; deusio, je vais essayer de faire là-bas de nouvelles connaissances. Des gens qui n'ont jamais entendu mes histoires.
Et comme vous risqueriez de m'oublier, je vous propose, pour penser à moi, de fréquenter le site de Barbery. Vous allez vous régaler, on peut y inventer de nouvelles histoires.
A plus.

17 mai 2007

85 000 informaticiens et simples citoyens ont déjà signé la pétition

Le vote électronique, tel qu’il est pratiqué en France, est opaque. Il est impossible aux citoyens de vérifier directement que leur vote est correctement compté.
Cette vérification est également impossible pour les membres du bureau de vote, ou encore pour les délégués des partis ou le ministère de l’Intérieur. Si la machine (peu faillible, mais fabriquée par des humains largement faillibles et corruptibles) modifie quelques votes (par erreur, ou par fraude), personne ne peut s’en apercevoir.

La transparence du vote n’est pas une option. Il s’agit au contraire d’une condition indispensable pour que le vote ait un caractère démocratique.
(...)
Dans un régime de démocratie représentative comme le nôtre, le peuple se défait volontairement de ses pouvoirs pour le confier aux élus qui le représentent. Cette délégation est importante : le peuple se défait de tous ses pouvoirs y compris la justice, la police, etc. Si un policier peut m’arrêter dans la rue, c’est uniquement parce qu’il tient ses pouvoirs de son ministre qui est dans un gouvernement nommé par le Premier ministre choisi par le président, lui-même élu par le peuple. Sans cette délégation de pouvoir, cet humain en uniforme bleu et casquette n’aurait aucun droit sur moi.
Donc le peuple se défait de son pouvoir au profit des élus. Il n’en garde qu’une once pour, le jour des élections, contrôler directement que cette délégation de pouvoir (l’élection des représentants) se déroule bien, honnêtement, sans fraude. Le vote avec bulletins papier et urne transparente permet à chaque citoyen d’exercer ce contrôle, parce que chacun en a le droit (c’est la loi) et parce que tous en ont la capacité (même un enfant de dix ans peut comprendre un dépouillement ou surveiller une urne transparente).
Ce mode de vote simple, amélioré pendant plus d’un siècle, garantit de manière éclatante les principes fondamentaux de tout vote démocratique : transparence, confidentialité, unicité, sincérité, anonymat.

A contrario, le vote électronique est une procédure absolument opaque qui, en plus d’échapper au contrôle de tous les citoyens (n’est-ce pas déjà disqualifiant ?), présente des faiblesses quant à la confidentialité, l’unicité et l’anonymat. Quant à la sincérité, je ne sais plus quoi en dire, elle a disparu. Comme il est impossible de vérifier les résultats, il est impossible de prouver que le dépouillement est sincère. Et il est tout aussi impossible de prouver une fraude.
On est bien avancé !
Le vote électronique représente un danger majeur. Si le peuple se laisse défaire du pouvoir de contrôler les élections, seul moment entre deux délégations de pouvoir où il recouvre son autorité, il ne lui reste alors plus rien. C’est la fin de la démocratie réelle, avec de vraies élections, et le début d’un régime qui n’a pas de nom dans lequel on joue à la démocratie.
Très peu pour moi !

Signer la pétition demandant la suspension de toute utilisation d’ordinateurs de vote.


Chantal Enguehard (Nantes)

Ingénieure en Informatique Docteur en Informatique Maître de Conférences en Informatique Membre du laboratoire LINA CNRS FRE 2729

16 mai 2007

propagande

L’ineffable Pujadas a voulu nous faire admirer sur France 2 la spontanéité millimétrée du couple Sarkozy avec confidences en voix off directement sur l’écran, la larme au bon moment. Puis cette cérémonie à Boulogne, ces résistants qu’on honore juste avant le départ pour l’Allemagne et les « journalistes » de s’extasier devant cette « coïncidence ». Sarkozy qui verse une larme sur Guy Moquet, comme « à chaque fois qu’il entend cette lettre ». On se doute que cela doit lui arriver souvent. Bref ce soir je bouillais devant ce monument de fausseté. Puis je me suis raisonné, au moins cela sent son faisan sans détour, seuls les gogos peuvent y croire d'ailleurs la télé nous les montra. Mais Arte a eu la bonne idée de montrer Liberty Lily. Ou comment tout savoir sur la vraie fausse fiction et comment on la fabrique. Voilà qui ne manquait pas d’humour!

15 mai 2007

on sait maintenant qu'ils étaient espagnols, on saura un jour qu'ils étaient anarchistes

Pour ceux qui n'ont pas compris le sens de l'image mise en ligne le 1 mai 2007. Voici un commentaire plus explicite. Il s'agit de propos de Dronne, qui commandait la première colonne "française" entrée dans Paris à la Libération."A vrai dire, écrit celui-ci, la compagnie inspirait de la méfiance à tout le monde et personne ne voulait en prendre le commandement." Si le capitaine Dronne est finalement choisi, c'est parce qu'il parle couramment l'espagnol, a passé beaucoup de temps en Espagne avant la guerre et, facteur peut-être plus important encore, est entré dans la Résistance dès le début. La plupart des Espagnols sont anarchistes, un certain nombre d'entre eux, socialistes et modérés. Quand la 9è compagnie débarque en Normandie au début du mois d'août 1944, elle compte cent quarante-quatre Espagnols. Seuls seize d'entre eux survivront à la traversée de la France, puis à celle de l'Allemagne.
Dronne trouve les Espagnols "à la fois difficiles et faciles à commander". Ils restent sur leurs gardes jusqu'à ce que leur officier ait fait ses preuves, mais, une fois qu'ils accordent leur confiance, celle-ci est "totale et complète". Ils veulent absolument connaître les raisons des tâches qu'on leur demande d'accomplir, mais, quand on les leur a expliquées et qu'ils les approuvent, ils les exécutent avec une résolution inébranlable. "Ils n'avaient pas l'esprit militaire, écrit Dronne. Ils étaient presque tous antimilitaristes, mais c'étaient de magnifiques soldats, vaillants et expérimentés. S'ils avaient embrassé spontanément et volontairement notre cause, c'était parce que c'était la cause de la liberté. Oui, en vérité, c'étaient des champions de la liberté.". Les commentateurs verront des chars français et l'écriront. En 2004, une cérémonie, à ,guichets fermés, reconnaitra la vérité au moins partiellement. Les anciens combattants espagnols survivant ne seront pas tous autorisés à entrer.
Extrait de : Par -delà l'Exil et la mort. Les républicains espagnols en France.
Louis Stein (1981)
increvables anarchistes

14 mai 2007

le parfum des valeurs de gauche

Samedi chez des amis nous avons discuté après un excellent repas des « valeurs » de gauche opposé aux « valeurs » de droite. Des mots que je trouve bien suspects.
Voici quelques citations.
La France est un pays extrêmement fertile : on y plante des fonctionnaires et il y pousse des impôts.
Un traître est celui qui quitte son parti pour s'inscrire à un autre ; et un converti, celui qui quitte cet autre pour s'inscrire au vôtre.
Les polytechniciens savent tout, mais rien d'autre.
Il est bien ce petit Mandel, il me rend service. Quand je pète, c’est lui qui pue.
L'anglais, ce n'est jamais que du français mal prononcé.

Qui est le dangereux populiste, chauvin, d’extrême droite sans aucun doute, qui a prononcé ces paroles ?
George Clemenceau qu’en son temps on classait en général à l’extrême gauche !

12 mai 2007

adresse à ceux qui ont en charge l'éducation de nos enfants

Ceci n'est qu'un brouillon, merci de réagir.
Résumons ce que j’ai esquissé ici depuis longtemps. Par une alchimie étrange, un Français de gauche se sentira plus proche d’un démocrate américain que d’un républicain. L’inverse s’il est de droite. Ils ignorent que le républicain risque de trouver l’UMP bien à gauche et le démocrate, l’homme de gauche français, cryptocommuniste. Car il ne s’agit que d’appellations de façade qui en général dispensent de penser. J’ai proposé de nommer « droite » qui a le pouvoir et « gauche » qui est dans l’opposition. En songeant au sens des mots, on sait que le pouvoir est « adroit » et que l’opposition est « gauche », c’est-à-dire « maladroite ». L’objectif des partis politiques est de prendre le pouvoir. Devenir en quelque sorte aussi « adroit » que les autres. A cause de cette croyance naïve qui veut que l’on mette mieux en œuvre ses idées, si l’on en a, quand on est au pouvoir. Mais les sociétés humaines ne fonctionnent pas ainsi. Et comme le disait le slogan sud-américain de ma jeunesse : « le peuple uni ne sera jamais vaincu ». En d’autres termes si le peuple, source de la vraie souveraineté, ne veut pas de quelque chose que les gens « adroits » ont conçus, il gagne. Pensez à la chute du mur de Berlin. C’est que non seulement le pouvoir corrompt, mais que comme disait Louise Michel, il est maudit. C’est le prix à payer de l’adresse à le conquérir : vous l’avez, vous êtes aux anges et pourtant vous êtes maudit. Il n’y a pas contrairement à ce qu’écrivit Cannac de « juste pouvoir » (mais il peut être exercé par des hommes justes, jusqu’à un certain point…). C’est ce que nous montre Shakespeare, le pouvoir peut-être moins sanguinaire parfois mais pas différent dans sa malédiction. Il engendre l’envie, la défiance, la trahison et la paranoïa. Pouvoir minuscule, obscur, dans la famille ou le travail, comme pouvoir délirant et visible de l’argent, de la politique. Il est, avouons-le, plus facile d’être honnête et « irréprochable » dans l’opposition. Il y est même facile d’y donner des leçons de morale.
En revanche, l’opposition est indispensable. La seule sagesse dont on finit par faire preuve les hommes dans l’histoire, c’est d’inventer des contre-pouvoirs institutionnalisés. Regardez autour de vous, dans l’entreprise, la République ou l’Europe.
Pour que l’opposition au pouvoir fonctionne, il faut des citoyens responsables et dotés d’esprit critique dans un cadre démocratique, c’est-à-dire où le « respect » et l’obéissance à « l’autorité » ne sont pas la règle mais l’exception volontaire. Ensuite il y faut une bonne éducation, car je pense qu’il faut plusieurs siècles pour faire de sujets, des citoyens. Je connais assez les Suisses pour penser que c’est assez réussi avec une dose légèrement insuffisante d’esprit critique. En France nous avons beaucoup de chemin à faire. Quand j’étais consultant en management, un collègue hollandais, Geert Hofstede, avait démontré par enquête que les Français travaillent pour faire plaisir à leur chef. Pis encore, je crois que beaucoup de Français, comme d’autres, préfèrent admirer un chef que de penser par eux-mêmes. Même s’ils sont capables de le jeter plutôt que de mourir pour lui, ce qui n’est pas si mal. Voilà pourquoi si nous souhaitons qu’un jour ce pays avance sur l’échelle darwinienne des institutions, il y faudra beaucoup d’énergie et de persévérance des professeurs des écoles pour laisser les enfants devenir des citoyens adultes capables de se révolter.

11 mai 2007

Je me suis fait avoir par l'actualité électorale.Ce n'est pas l'objet de ce blog. Il est temps que je me reprenne et parle d'autres choses. Un dernier mot toutefois : Sarkozy me fait chaque jour un peu plus penser à Bonaparte.Maintenant si vous voulez continuer, voyez ce qu'en dit François Mitterrand.

08 mai 2007

hymne au chef

Une flamme sacrée
Monte du sol natal
Et la France enivrée
Te salue Nicolas!
Tous tes enfants qui t'aiment
Et vénèrent tes pas
A ton appel suprême
Ont répondu « Présent »
Refrain :
Nicolas nous voilà !
Devant toi, le sauveur de la France
Nous jurons, nous, tes gars
De servir et de suivre tes pas
Nicolas nous voilà !
Tu nous as redonné l'espérance
La Patrie renaîtra !
Nicolas, Nicolas, nous voilà !

Quand ta voix nous répète
Afin de nous unir :
« Français levons la tête,
Regardons l'avenir ! »
Nous, brandissant la toile
Du drapeau immortel,
Dans l'or de tes étoiles,
Nous voyons luire un ciel :
refrain
Tu as lutté sans cesse
Pour le salut commun
On parle avec tendresse
Du héros de Neuilly
En nous donnant ta vie
Ton génie et ta foi
Tu sauves la Patrie
Une nouvelle fois :
refrain
La guerre est inhumaine
Quel triste épouvantail !
N'écoutons plus la haine
Exaltons le travail
Et gardons confiance
Dans un nouveau destin
Car Niko, c'est la France,
La France, c'est Niko !
Libre adaptation de la célèbre chanson célébrant le Maréchal Pétain, seul le mot maréchal" a été modifié.

07 mai 2007

le sacre du Tsar Nicolas

Tandis que Madame Royal jouait les Evita Peron au balcon de la rue de Solferino dans une fausse lueur de soleil couchant avant d'arroser sa défaite, que la TV ignorait un Bayrou pérorant seul devant son rideau orange, le Tsar Nicolas proclamait son amour pour son peuple. Personnellement, je trouve que l'amour devrait être réciproque,je ne parle pas de sa femme qui a totalement disparu, mais, moi je le dis sans fard : je ne l'aime pas ! Il avait la veille garnit son site internet. "(je)veux remettre les bonnes valeurs (sic) au centre de la société : le mérite, le travail, la récompense, l’autorité, le respect, le sens des autres et le sens du bien commun. Je vous le dis avec franchise: la France ne peut pas continuer à en faire toujours plus pour ceux qui fraudent, abusent, ne veulent pas travailler, et toujours moins pour ceux qui travaillent, font des efforts, respectent les principes essentiels d’une vie en société." Ca pue...
Bon, l'élection de Bush a emmerdé le monde entier et entraîné beaucoup de morts et de misère, avec un peu de chance, le Tsar Nicolas qui a peu de moyens, n'emmerdera que les Français.

05 mai 2007

future gueule de bois

Jonathan Littell a finement remarqué que si l'on regardait le fameux face-à-face en coupant le son, on voyait une mère sévère tançant un petit Nicolas qui baissait les yeux, conscient de la bêtise qu'il venait de dire. Je pense qu'il a raison. Mais quand il en conclut "qu'elle a parfaitement réussi", je demande : à quoi ?
Ce face-à-face n'était pas un débat et l'un comme l'autre appliquaient laborieusement des recettes de cours de communication. Tout cela sonnait faux. Terriblement faux. On est allé jusqu'à tenter de nous faire croire qu'il y avait là deux projets de société. Allons ! nous sommes dans le même système étatico-ethnocentriste. Je n'ai entendu que la résonance de la sociologie électorale, on ne s'adresse pas aux mêmes, les promesses gratuites sont variées. Remarquez qu'ils ont des excuses, ils ne peuvent pas être totalement responsables de ce cirque, il a commencé avant eux.
On a loué le civisme des Français, la gueule de bois va être sévère.
Bon j'ai dit hier soir que j'irai voter pour Madame Royal et pas pour le Tsar Nicolas.

03 mai 2007

retour de l'ordre moral

Il y a dans mon quartier des jeunes filles, françaises, qui votent, et portent un voile noir, lourd, épais. Volontairement et fiérement. Elles disent s'y sentir à l'aise, protégées, dignes, morales.
De son côté le Tsar Nicolas fait un carton sur l'immoralisme de mai 1968. Madame Royal lui reproche son immoralité politique. Pas un candidat d'ailleurs qui n'est versé dans le préchi-précha sur les valeurs, aussi évasif que vaseux. M. Alex Türk (président de la CNIL) s'étonne de la désinvolture avec laquelle les Français abandonnent leurs libertés. Mais ils aiment l'égalité, les chefs, ne pas penser. Ils sont fidèles à l'ordre moral. Vous reprendrez bien un peu d'eau de Vichy, c'est bon pour le teint ?
J'ose espérer qu'il existe encore assez de libertaires pour penser (contre Kant n'en déplaise à AH...) que la seule morale, c'est de ne pas nuire à autrui. Tout le reste sent le sabre et le goupillon.

30 avril 2007

mai amer pour l'américain (auto-proclamé)

Le Tsar Nicolas n'aime pas le souvenir de Mai 68, il n'aime guère ce qui pourrait avoir un parfum de liberté. Quand il parle de de Gaulle, c'est rarement de la Résistance qu'il parle, vous avez remarqué ? Mais Hier à propos de mai 68, il s'est dépassé.
Extrait du Monde.fr :
Les héritiers de mai 1968 sont même responsables, selon Nicolas Sarkozy, de la "dérive du capitalisme financier". "La contestation de tous les repères éthiques a préparé le terrain des parachutes dorés et des patrons-voyous." (sic)
"Je ne serai pas le candidat des médias, des appareils, des sectarismes, des intérêts partisans", a-t-il lancé.(Est-ce que même à droite quelqu'un peut croire cela à part Jean Reno, Johnny Hallyday, Christian Clavier,Jean-Marie Bigard, Enrico Macias,Alain Prost et cette pomme de Glucksmann...?)

28 avril 2007

Une marche silencieuse partira de l'Ecole Montesquieu, (quartier du Port à l'Anglais à Vitry sur Seine) à 12h15, ce samedi 28 avril, en soutien à Hassan et à sa famille et à la mémoire de Mélanie, Jeremy, Najette et de leur maman Karine.
site de la mairie

26 avril 2007

l'horreur

"Une mère et ses trois enfants, âgés de 3, 5 et 6 ans, ont été brûlés vifs mercredi dans l'incendie de leur petit pavillon de banlieue parisienne, à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), un drame découvert par leur père et dont l'origine est a priori accidentelle."
C'est ce que dit la dépêche de l'AFP d'hier soir. Et il n'y a, sans doute, pas grand chose à ajouter. Il faisait très beau, il n'y avait pas de vent, la rue était déserte, parfaitement silencieuse. J'étais à quelques mètres quand j'ai vu des flammes s'élever tout d'un coup à plus de quatre mètres de haut devant moi. Je n'ai entendu ni cris, ni explosion. C'était irréel. J'ai avancé vers l'arrière de la maison mais il était déjà totalement impossible de passer. C'était un mercredi, j'ai eu le temps de penser que les enfants n'étaient pas à l'école. Et puis les pompiers sont arrivés. C'était l'enfer et je n'ai rien pu faire. Ils étaient mes voisins.

25 avril 2007

alors donc ce dimanche passé, nous allâmes voter

Ce fut un beau dimanche. Les Français votèrent en masse. Je trouve même trois autres motifs de satisfaction. Le premier est moins anecdotique qu'il ne semble : les vives critiques des machines à voter dans la fumée traduisent un attachement aux formes visibles de la démocratie représentative bien sympathique. Secundo : les trois candidats de tête ne sont pas des moitiés d'Européens (même s'ils furent discrets sur ce point). Enfin, pour moi qui suis jeune depuis très longtemps, il me semble qu'avoir comme candidats au deuxième tour : le fils divorcé d'un immigré d'Europe centrale et d'une Séfarade (convertie, il est vrai), bref un "Métèque" et une femme, bref une "femme", mère de famille mais même pas mariée, c'est extraordinaire. Cela traduit une évolution des moeurs impensable il y a encore dix ans. Je me sens mieux rien que d'y penser et qu'on ne me dise pas que 68 n'y est pour rien...

21 avril 2007

tartufes

N'est-il pas criminel de la part de beaucoup nos candidats de laisser imaginer que l'on pourrait s'opposer à la mondialisation ? Voilà qui les dispense de prévenir ou gérer les conséquences. Il suffit de dire : c'est injuste ! Et ces gens seraient des politiques, des gens d'action... Ceux qui se prétendent "de gauche" n'avaient jadis jamais un mot pour les nations misérables, maintenant que la mondialisation a permis à certaines d'entre elles de passer de misérables à pauvres, voici que flairant la concurrence, nos bons apôtres, prétendument de gauche je le répète, hurlent aux méfaits des "délocalisations provoquées par la mondialisation" !

20 avril 2007

en finir avec le terrorisme soi-disant "écologique"

Puisqu'il ne circule que quelques citations tronquées, je vous offre un large extrait de la réponse du président tchèque Vaclav Klaus au Congrès américain concernant le réchauffement climatique. Si vous souhaitez lire le texte entier, il est accessible sur son blog en anglais, tchèque, allemand ou italien.
The – so called – climate change and especially man-made climate change has become one of the most dangerous arguments aimed at distorting human efforts and public policies in the whole world.(…) My ambition is not to bring additional arguments to the scientific climatological debate about this phenomenon. I am as someone who lived under communism for most of my life I feel obliged to say that the biggest threat to freedom, democracy, the market economy and prosperity at the beginning of the 21st century is not communism or its various softer variants. Communism was replaced by the threat of ambitious environmentalism. This ideology preaches earth and nature and under the slogans of their protection – similarly to the old Marxists – wants to replace the free and spontaneous evolution of mankind by a sort of central (now global) planning of the whole world. convinced, however, that up to now this scientific debate has not been deep and serious enough and has not provided sufficient basis for the policymakers’ reaction. The environmentalists consider their ideas and arguments to be an undisputable truth and use sophisticated methods of media manipulation and PR campaigns to exert pressure on policymakers to achieve their goals. Their argumentation is based on the spreading of fear and panic by declaring the future of the world to be under serious threat. In such an atmosphere they continue pushing policymakers to adopt illiberal measures, impose arbitrary limits, regulations, prohibitions, and restrictions on everyday human activities and make people subject to omnipotent bureaucratic decision-making.(…)
The environmentalist paradigm of thinking is absolutely static. They neglect the fact that both nature and human society are in a process of permanent change, that there is and has been no ideal state of the world as regards natural conditions, climate, distribution of species on earth, etc. They neglect the fact that the climate has been changing fundamentally throughout the existence of our planet and that there are proofs of substantial climate fluctuations even in known and documented history. Their reasoning is based on historically short and incomplete observations and data series which cannot justify the catastrophic conclusions they draw. They neglect the complexity of factors that determine the evolution of the climate and blame contemporary mankind and the whole industrial civilization for being the decisive factors responsible for climate change and other environmental risks.
21 mars 2007

18 avril 2007

les morts ne coûtent rien

Dimanche soir, nous regardâmes en famille le beau film de Marc Rothemund : Sophie Scholl, les derniers jours. On sait que cette jeune étudiante fut décapitée, ainsi que son frère et d'autres pour avoir en 1943 jeté des tracs appelant à cesser la guerre dans les locaux de l'université de Munich. Le hasard fait que le mercredi précédent, Arte avait programmé un reportage sur un diplomate allemand : Fritz Kolbe qui durant toute la guerre fournit des renseignements remarquables aux Alliés. Informations concernant les mouvements de troupes aussi bien que les camps d'extermination. Sophie Scholl est considérée comme la figure même de la résistance aux Nazis par les Allemands. Fritz Kolbe n'a jamais été mentionné comme résistant et ne fut même pas réintégré dans ses fonctions car il reste un traître. A ma connaissance seul Joschka Fischer a exprimé un avis contraire.
On comprend bien que pour les Allemands d'après guerre, Sophie Scholl soit exemplaire : si l'on courrait le risque d'être décapité pour avoir seulement distribué des tracts, on comprend qu'il y ait eu si peu de résistants ! Fritz Kolbe est tout le contraire : son existence démontre que n'importe quel fonctionnaire pouvait désobéir, refuser la monstruosité nazie et survivre. On préféra donc réintégrer aux Affaires Étrangères d'excellents fonctionnaires nazis !
Hier, on commémorait la Shoah en Israël. J'apprends à cette occasion (journal Le Monde daté d'aujourd'hui) que parmi les 240 000 rescapés, 70% ne perçoivent aucune pension pour leur déportation et que le tiers d'entre eux sont sous le seuil de pauvreté.
Vous voyez où je veux en venir, les morts sont utiles et ne coûtent rien. Si vous survivez vous êtes, pour l'Etat inutiles, et même parfois dangereux.

15 avril 2007

la France et le reste du monde

Aux élections présidentielles nous avons douze candidats. La moitié d'extrème-gauche ou droite. Plus précisément il y a quatre marxistes dont trois trotskistes! Quatre défenseurs du monde rural. Cinq partisans à tout crin de la défense de l'identité nationale patriotique. Trois écologistes déclarés, tous les autres prétendant l'être, sauf un. Un candidat ne connaissant que Neuilly sur Seine. Trois partisans de l'Europe mais très discrets sur le sujet.75 % d'anti-européens déclarés! Aucun libéral, ni économique, ni politique. 75 % d'anti-libéraux déclarés! Ailleurs on se moque...

14 avril 2007

le goût de l'eau de Vichy

Une formule du programme de Mme Royal affirme : "pour travailler tous". C'est curieux, autrefois la gauche espérait "du travail pour tous". Bref, l'égalité de droit, la possibilité pour tous de travailler, sans faire du travail le point ultime de nos espérances. La nouvelle formule, loin d'être anodine, laisse penser qu'il y a des feignants à mettre au travail. Elle est écrite pour être comprise dans ce sens, d'ailleurs le sieur Sarkozy l'a utilisée également. Voilà pour le travail, pour la famille, c'est un peu plus loin dans le texte. La patrie ? Nous avons eu le couplet sur le drapeau. Mais Mme Royal ne fait pas cavalier seule, écoutez bien les Bayrou, les Sarko, les ruraux et les écolos ! Tous nous servent de l'eau de Vichy.

07 avril 2007

le monde change

Je crois avoir été injuste avec les journalistes (pris globalement de surcroît) dans mon billet précédent. Quand la politique est devenue de la communication, c'est-à-dire de la pub, ils n'ont guère de chances de pouvoir élever le débat. On me dit que jamais les Français ne se sont autant intéressés aux élections. Ah oui ? Ne se rendent donc pas compte qu'en nous parlant de la France, de son identité, de ses valeurs (sans préciser !) en nous abreuvant de nostalgie à la guimauve,en nous soûlant de peur, une fois l'insécurité, une fois le réchauffement, les candidats se foutent de notre gueule ? Même qu'ils méprisent le peuple, car enfin eux, ils parcourent la terre en tout sens, ils sont de ce monde-ci, ils sont "globalisés" (enfin, j'espère...) et ils croient en l'avenir, le leur, au moins! J'aimerai les entendre parler du monde et dire une fois qu'il change et qu'il est toujours beau pour un vivant de le regarder changer.

04 avril 2007

l'odeur et le bruit médiatique

Je viens de lire cette phrase extraordinaire : "le thème de l'insécurité s'invite dans la campagne". Quelle tartufferie !Les "thèmes" ne viennent pas tous seuls et les candidats aimeraient peut-être parler des affaires du monde. Mais si j'en crois ce que j'entends dire, la mondialisation, ce ne sont que des "délocalisations", terme extraordinaire non ?, les étrangers ne sont qu'immigrants envahisseurs à repousser, ou bien clandestins à exploiter ou encore "sans-papiers" (encore un mot faramineux) à pourchasser. Et attention la menace est dans les "quartiers" où la police n'ose plus entrer (sic). L'Europe n'est qu'un machin bureaucratique qui veut décider à notre place et nous étrangle. Quand au drapeau tricolore et à la Marseillaise... Oh ! Oh ! Il y a quelqu'un à qui confier les affaires de la France dans le monde ? Ce pays, riche, plutôt bien portant où les trains arrivent à l'heure et où l'on fait des enfants est malade dans sa tête pour se laisser bercer par de si abjectes conneries. Je vais vous dire mon sentiment : ça pue !

31 mars 2007

elle est pas belle la vie ?

"Après le Bundestag début mars, le Sénat allemand (Bundesrat) a donné, vendredi 30 mars, son accord définitif à une réforme qui fera passer progressivement de 65 à 67 ans l'âge du départ à la retraite, une réforme qui s'appliquera par étapes de 2012 à 2029.

Les élus ont aussi approuvé un projet visant à inciter les enfants du baby-boom à rester sur le marché du travail pour compenser les effets du vieillissement de la population du pays et éviter une pression financière trop importante sur les actifs qui pourrait, selon des experts, provoquer un déclin économique irréversible."

source : Le Monde

29 mars 2007

nouvelles de la Novlangue

M. le Maire adjoint, vous ne m’avez pas encore répondu, mais je connais la réponse du fait d’un tract que vous avez signé dans ma boîte aux lettres. L'espace public de proximité (voir message du 16 mars sur ce blog) est, en fait un « espace vert ».
J’ai appris hier que la ville de Pékin, souhaitant se concilier les Occidentaux de passage, installe des panneaux en anglais avec les grâces de traduction qui sont chez nous l’apanage de la SNCF. Ainsi on peut lire à Pékin selon le journal Le Monde d’hier des « préserver la couleur verte » pour « protéger les espaces verts ». Le journaliste semble trouver cela comique. Mais, diantre ces Pékinois ont raison, foi de teckel : nous disons « espace vert » à cause de la tâche de couleur verte figurant sur des plans d’ingénieurs des Ponts totalement dépourvus de goût et d’imagination. Voilà bien l’origine de l’expression. Un « espace vert », donc dans notre rue. Permettez-moi, M. le Maire adjoint, d’espérer mieux, un jardin peut-être…

28 mars 2007

et si on parlait des retraites

Bon, ça ne ressemble pas à un site de gauche, mais tout de même les données comparatives entre les régimes de retraites du site sauvegarde-retraites sont très intéressantes à lire. Inégalités des taux de cotisations, des bases de calcul, de la décote, des revalorisations et des possibilité de cumul. Il y a des inexactitudes de détails faute de distinguer régime de base et retraites complémentaires.
Leur revendication me semble juste : aligner les régimes de retraite publics et celui du privé afin que l'Etat ne continue pas à piller le régime général pour renflouer les caisses "spéciales". En bref la mécanique est simple : pour tenter d'éviter les grands conflits sociaux dans les transports ou l'énergie, l'Etat fait financer les déficits par les salariés du privé. C'est un retraité,ex-délégué du personnel CGT,du privé qui vous le dit.

27 mars 2007

sous les plis du drapeau tricolore, on dissimule des choses...

"La nouvelle réforme du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA) conduit à une négation radicale des droits fondamentaux de la personne. Elle restreint encore plus radicalement le droit au séjour pour les familles, les conjoints, les enfants, de toutes celles et ceux qui construisent leur vie en France. Elle entérine la quasi-disparition de cet outil d’« intégration » qu’était la carte de résident. Elle s’attaque au séjour des malades étrangers.

Si ce projet est adopté, il ne fera pas bon s’aimer entre Français-e-s et étranger-e-s, vouloir vivre avec sa famille ou avoir des enfants. Pour ceux-là, la multiplication sans fin des conditions rendra l’espoir de la régularisation bien vain.

Le projet s’inscrit délibérément dans une perspective utilitariste. Le gouvernement affiche sa volonté d’aller piller les capacités et talents dans le monde. Ne sera « acceptable » que l’étranger perçu comme rentable pour l’économie française. Quant aux autres, ni leur situation personnelle, ni leur situation familiale ne leur conféreront désormais des droits, au point que les régularisations deviendront quasiment impossibles. Ce projet crée une nouvelle catégorie de travailleurs étrangers dont la durée du séjour est limitée au bon vouloir de leur patron. De plus, la suppression du droit à la délivrance d’un titre de séjour, pour les étrangers présents depuis au moins dix ans en France, les condamne à l’irrégularité perpétuelle. Le projet sélectionnera également beaucoup plus l’entrée des étudiants étrangers.

Quant aux étrangers en situation régulière, le droit de vivre en famille devient un exploit : le gouvernement prévoit de durcir les conditions du regroupement familial (ressources, logement, avis du maire sur l’« intégration » de la famille). Il jette la suspicion sur les pères étrangers d’enfants français, qui devront justifier de leur paternité.(...)"
lire le texte du projet de loi de Sarkozy
signez la pétition contre, déjà plus de 100 000 signatures.

25 mars 2007

contre le nationalisme et la guerre, vive l'Europe

Or donc Mme Royal nous demande d'avoir un drapeau tricolore à la maison pour le brandir lors des 14 juillet. Elle nous explique aussi que la Marseillaise n'est pas un chant guerrier.
Au moment des 50 ans de l'Europe! Elle ne nous parle pas du drapeau bleu de la paix mais de celui qu'on a vu sur tous les champs de bataille du monde depuis 200 ans.
Elle ne nous demande pas d'apprendre les paroles de l'hymne à la joie. Non. Elle préfère "qu'un sang impur abreuve nos sillons" ! Je lui rappelle au passage que le titre d'origine était "chant de guerre pour l'armée du Rhin".
Si Ségolène Royal imite le Sarkozy qui imite Le Pen, sachant que Bayrou se prend pour lui, on est mal barré !
Vive l'Europe, vive la paix, vive Beethoven !

24 mars 2007

papa poule

Bienvenu à la maison Sophie.
Regardant en arrière, je me revois en "papa-poule" (on dit ainsi ?) à temps partiel. Et comme je n'étais pas le seul, je me dis que les filles de ta génération ont connu leurs pères et pas seulement leurs mères. Cela doit changer quelque chose : plus d'assurance sans doute, mieux armées pour la vie. En tout cas je l'espère... Mais un peu plus de problèmes affectifs avec les hommes. Auparavant les petites filles devenues femmes cherchaient à connaître enfin leur papa. Maintenant les mecs n'ont pas intérêt à la ramener.

23 mars 2007

contre la police morale

Je soutenais hier soir à table que la morale ne peut être qu'universelle. Je fus vivement contredit au nom des "cultures". Si la morale devient ethnique, ce que Stuart Mill nommait la "police morale" va continuer à fleurir. Il semble que nos compatriotes en redemandent. Penser les fatigue, ils préfèrent s'en remettre à la Loi ou à l'Etat sur des questions comme le tabagisme ou le voile "islamique", voilà qui est bien normal si l'on réfère la morale à la différence culturelle. Cela devient sinistre. Quelques voix s'élèvent contre, en voici une qui propose une morale pratique et universelle : "Dans la version la plus simple que je suis capable d'envisager, l'éthique minimale repose sur trois principes :
- le principe de considération égale, qui nous demande d'accorder la même valeur à la voix ou aux intérêts de chacun ;
- le principe de neutralité à l'égard des conceptions du bien personnelles ;
- le principe d'intervention limitée aux cas de torts flagrants causés à autrui.
Dans mes travaux d'éthique appliquée, qui vont paraître sous le titre La Panique morale, je teste pour ainsi dire, ces principes sur des sujets concrets comme le clonage, la pornographie, l'adoption d'enfants par des couples de même sexe, la prostitution, etc. Les résultats ont l'inconvénient, pour certains, d'êtres très tolérants dans tous ces domaines!
"
Ruwen Ogien in Mag Philo

21 mars 2007

alerte le niveau de la mer monte

Depuis une célèbre canicule, aussi mortelle que les précédentes, mais survenue en période d'ordre moral, nous avons des avis d'alerte de grosses chaleurs. Depuis on a vu apparaître les avis de vent fort. Et hier sur France Info, je suis tombé des nues en entendant un avis d'alerte de ... grandes marées ! Les conseils donnés en prime expliquaient sérieusement que dans ce cas la mer monte, en général au delà de sa hauteur habituelle et qu'il y a lieu de se méfier. Quand certains journalistes, comme certains candidats, cesseront-ils de nous prendre pour des débiles intellectuels.

20 mars 2007

non coupable

A tous mes amis qui veulent combler ce qu'ils pensent être le vide de ma retraite en m'entraînant dans leur militantisme ou leurs bonnes oeuvres, je voudrais répondre par cette citation : "L'état le plus élevé de la réalisation de soi peut s'exprimer en trois phrases : j'ai fait ce que j'avais à faire. Je n'ai plus rien à faire. J'ai obtenu ce que j'avais à obtenir. Je n'ai plus rien à obtenir.J'ai donné ce que j'avais à donner. Je n'ai plus rien à donner." C'est de Swâmi Prajnânpad, rassurez-vous je n'en suis pas encore là mais je voudrais que vous compreniez que c'est ce que je m'efforce de faire. Je sais que je suis européen, blanc, pas pauvre, pas malade, ayant une maison, une pension et une famille adorable. Comprendrez-vous que je me sens solidaire des autres humains sur cette terre qui n'ont pas cette chance, mais que je n'éprouve aucun sentiment de culpabilité ?

19 mars 2007

Informaticiens et citoyens contre le vote électronique

Signez la pétition contre le vote électronique, c'est urgent. Lisez l'article du journal Le Monde d'aujourd'hui si vous n'êtes pas encore convaincu. Vous constaterez que c'est la machine à frauder à grande échelle sans possibilité de recompter les bulletins. Une innovation du Ministère de l'Intérieur. J'espère qu'il n'aura échappé à personne que le candidat Sarkozy est responsable de l'organisation des élections.

18 mars 2007

l'intérêt général ou la raison d'Etat

« L’idée d’intérêt général apparaît au XVIIIe siècle se substituant à celle de bien commun. Sans sens précis elle désigne à la fois la somme des intérêts des individus qui composent la nation et en même temps un intérêt propre à la collectivité qui transcenderait celui de ses membres. La jurisprudence s’oriente vers la seconde définition mais subit immédiatement une double critique marxiste (intérêt de la classe dominante) et libérale (négation de l’individu). » Source.
En France, le Conseil d’Etat, triomphaliste, estime que : « en vertu des principes qu’elle a inspiré, il revient à la loi, expression de la volonté générale, de définir l’intérêt général, au nom duquel les services de l’Etat, sous le contrôle du juge, édictent les normes réglementaires, prennent les décisions individuelles et gèrent les services publics ».Source. On rigole...
Reste qu’aucun des textes constitutionnels français ne fait mention de l’intérêt général. C’est donc une notion mal définie. Cela n’a pas empêché d’en faire quasiment la raison d’être du droit public. Le Conseil d'État et le Conseil constitutionnel en ont fait un des fondements de la limitation des libertés publiques.
Le Conseil de l'Europe,et la Cour européenne des droits de l'homme doivent souvent imposer des interprétations plus favorables au droit des individus.
La notion d’intérêt général est floue. Simple expression moderne pour désigner la raison d’Etat, elle ne sert qu’à brider les droits et libertés.

17 mars 2007

les bons citoyens n'utilisent pas l'Internet

Pour dissuader les adolescents de giffler leur prof en filmant la scène avec des téléphones portables, le législateur a pris des mesures. Vous ne saviez pas que des mesures spécifiques fussent nécessaires, moi non plus... mais le chevalier Sarkozy y a pensé. D'après mes sources, les médias ont évoqué cinq cas de "happy slapping" en un an en France, c'est dire que l'heure est grave et qu'il fallait légiférer d'urgence.
Mais souvenez-vous, en 2005, des jeunes avaient filmé des actions peu glorieuses des forces de l'ordre hors de la présence des médias. Là est le vrai danger ! Ainsi désormais si vous êtes témoin d'une aggression alors que vous n'êtes ni policier ni journaliste et que vous témoignez de l'évenement sur Internet, vous êtes passible de 75000 euros d'amende et de cinq ans de prison. Bien vu Monsieur le Ministre-candidat ! En France comme en Iran, en Arabie Saoudite ou en Chine, Internet est un outil dangereux qui doit être soumis au contrôle de l'Etat.
Si vous pensez que cette mesure est une atteinte (de plus) à la démocratie, sachez que le conseil constitutionnel a donné son accord le 3 mars.

16 mars 2007

Monsieur le Maire adjoint...

Bien que Vitriot ("habitant de Vitry sur Seine" NDLR) depuis dix-huit ans, je ne maîtrise pas encore parfaitement la Novlangue locale, aussi voudrais-je savoir ce que signifie "l'aménagement d'un espace public de proximité" prêvu au budget municipal dans ma rue, l'avenue Pierre Brossolette. D'avance merci.

15 mars 2007

l'Etat notre père à tous

Pascal Perrineau dans Le Monde de l'Economie du 13 mars donne trois raisons qui expliquent pourquoi le libéralisme (en général et pas seulement économique) n'a aucun succès en France. Il y a d'abord l'attachement au pouvoir de L'Etat, depuis Colbert en passant par Napoléon et De Gaulle, nous avons été servis... Ensuite une question de culture, la droite est d'origine catholique, la gauche a été "marxisée", on n'y aime donc (officielement) ni les entreprises, ni l'argent... Enfin nous sommes marqués par une idée perverse (c'est moi qui le dit) que nous ne partageons pas avec grand monde sur la planète, comme quoi l'Etat incarnerait l'intérêt général. En conséquence les intérêts particuliers seraient illégitimes. Nos principaux voisins européens considèrent que l'intérêt général découle de la somme coordonnée des intérêts particuliers. Il serait tant d'avancer vers une étape plus réaliste, mais ce n'est pas pour demain car l'Etat représente la somme bien des intérêts ...de l'Etat et les fonctionnaires ne sont pas mûrs pour y renoncer. Nos candidats à la présidence non plus.

14 mars 2007

décidemment c'est de Robien que je préfère...

Vous pensez comme tout le monde que l'avion est le moyen de transport le plus sur? Vous avez tort, c'est l'ascenseur, au moins en France. En 2005, il y eut 713 morts pour 12 milliards de passagers aériens. Mais en quatre ans il n'y eut que quinze morts dans les ascenseurs français pour 90 milliards de personnes transportées. Pratiquement il est impossible de mourir en ascenseur sans le faire exprès. Mais cela a ému M. de Robien, le spécialiste de la lecture bien connu qui a cette époque errait dans les couloirs de l'équipement à la recherche d'un sujet. Il a donc décidé au nom sans doute du principe de précaution (piège à con bien connu pour tous les handicapées du calcul mental) de pondre une loi pour réformer nos ascenseurs ! Pour ma part cela va me coûter 8000 euros, mais cependant l'engin ne desservira pas notre étage car son utilité n'est pas prise en considération par le texte. Consolation, il y a tant de travaux à faire dans les immeubles que les ascensoristes recrutent à tout va et M. de Robien, entre temps passé à l'éducation nationale, propose de créer un diplôme ad hoc. J'espère que les élections n'enverront pas M. de Robien à la sécurité routière car il risquerait de supprimer tous les passages autrefois "cloutés" aujourd'hui "protégés" ce qui est bien relatif. Je les sens dans le collimateur du principe de précaution. Un jour notre ministre illuminé enfin par la raison va découvrir que vivre est mortel et qu'il n'y a pas beaucoup de fric à faire avec cette idée.

13 mars 2007

piège à cons

Je viens de signer la "Pétition pour le maintien du vote papier", à cette adresse http://ordinateurs-de-vote.org/vp.
Je vous en parle parce qu'il y a urgence.

Ce printemps, plus d'un million d'électeurs voteront obligatoirement à l'aide d'ordinateurs de vote : dans une grande partie des Hauts de Seine, à Amiens, Brest, le Havre, Reims, Le Mans, Mulhouse, etc... Une fraude pèserait sur le résultat des élections nationales.

L'urne transparente et le dépouillement public sont remplacés par un ordinateur dont il est impossible de vérifier les résultats et dont on ne peut rien savoir pour cause de secret industriel.

Vous n'êtes pas au courant ?
C'est normal, il n'y a eu aucune information sur ce sujet, aucun débat...

Une démonstration frappante (i-Télé, 6 min):
http://ordinateurs-de-vote.org/dn#itele

28 février 2007

courtelinesque

Vu hier soir trois pièces de Courteline au Saint-Honoré. Les comédiens jouent "au chapeau" : réservation au 01 56 22 49 89.
Trois choses. C'est bien lui qui a écrit : " l'alcool tue lentement. On s'en fout. On n'est pas pressés." Mais c'est une réplique et non une morale.
Car, très inspiré, il écrivit aussi: "passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet".
A qui de droit je signale que c'est au Ministère des cultes qu'il usa quatorze ans de sa vie.

26 février 2007

une année de plus


J'ai fêté mes 61 ans : Vu le défilé du nouvel an chinois (j'aime le cochon). Admiré la vie des autres au MK2 (j'y reviendrai). Enfin pensé à mes soixante ans en mangeant (chez frog and library) un fish and chips arrosé d'une demi pinte de bitter. Cool.

22 février 2007

in memoriam

(Rahat Dar/EPA)
Zilla Huma Usman, ministre du Pendjab, 35 ans a été assassinée d'une balle dans la tête par un homme, qui, selon le chef de la police ne supportait pas qu'elle n'observe pas la tenue vestimentaire islamique. L'assassin, Mohammad Sarwar,un maçon, père de neuf enfants, arrêté il y a deux ans pour le meurtre et la mutilation de quatre prostituées, avait été relâché, faute de preuves semble-t-il. Il a exprimé calmement son absence totale de remords : "je n'ai fait qu'obéir à Allah qui interdit aux femmes d'occuper des postes de responsabilité" a-t-il déclaré.
Je note, néanmoins, que le pourcentage de femmes élues au parlement est plus élevé au Pakistan qu'en France.
source : timesonline

21 février 2007

les Lumières

Après Foucault, je redirai ici que les Lumières n'appartiennent à personne et qu'elles ne sont pas une étape de l'histoire. Elles n'existent que dans le présent et lorsqu'on reconnait à l'autre un droit égal à l'émancipation intellectuelle.

20 février 2007

US go (R)ome


Mon ami Alain qui habite Vicence m'assure que les Américains imposeraient une partie de l'entretien de leur base, contestée, aux habitants (40%) mais qu'en échange, ils s'engageraient à construire des bâtiments de style palladien ! Pour ma part je suggérerais qu'ils aillent jusqu'au bout de l'idée et qu'ils portent des uniformes de gardes suisses. Pour les engins, voir du côté de Léonard de Vinci...

19 février 2007

démocratique (bis)

"L'Etat, c'est le peuple se gouvernant lui-même, par une convention nationale composée de mandataires révocables, nommés par le suffrage universel direct, organisé ; le peuple se réservant la discussion et la sanction de toute constitution et lois organiques."
Déclaration du comité cental du XI° arrondissement de la Commune de Paris, cité par Arnould in Histoire populaire et parlementaire de la Commune de Paris, Bruxelles, Kistemaekers, 1878

18 février 2007

il nostro futuro tra edonismo

Dans la dernière livraison du Monde des Livres, Roger-pol Droit développe une idée que j'ai déjà illustrée ici même depuis longtemps. On nous reproche, à nous les Occidentaux,de manquer d'idéal. "A les entendre, nous aurions échangé le ciel, la justice et la révolution contre une cuisine fonctionnelle et un écran plat" dit-il. Il ajoute "les totalitarismes appellent toujours à sacrifier les plaisirs quotidiens pour des buts supposés plus élevés". Voilà qui est vrai, mais le propos est insuffisant. La France de 1914, un exemple au hasard, était une démocratie. A mon sens il est dans la nature du pouvoir d'avancer ses intérêts propres sous le masque de "l'idéal commun". Là où je le rejoints tout à fait c'est lorsqu'il dit " plus on s'ancre dans l'hédonisme banal, plus on résiste au sirènes totalitaires". L'hédonisme nous préserve du pire mais il rend la tâche des politiciens, plus difficile...
R-P Droit rend compte dans l'article d'un ouvrage de Giuliano da Empori

16 février 2007

copinage


J'ai écouté hier mon ami JM Lehec en concert. C'est remarquable. Il dit et chante encore une fois le 15 mars au Connetable, rue des Archives. Je ne sais pas s'il reste des places mais vous pouvez essayer : 02 38 89 13 16.

15 février 2007

dictateur

Commentaire sur ma citation d'hier. On nous dit le plus grand bien du film de Kevin Mc Donald, Le dernier roi d'Ecosse. Je ne l'ai pas vu mais je me souviens bien d'Idi Amin Dada. Et je n'ai pas le souvenir qu'il y ait eu beaucoup de pression internationale exercée à son encontre. Je ne me souviens pas que l'on m'est proposé de signer une pétition contre ces crimes. En revanche je me souviens qu'il nous faisait rire.
Entendons-nous bien : Lubitsch ou Charlot nous ont fait rire d'Hitler, il est sain de se moquer des dictateurs. Mais là c'est Idi Amin Dada lui-même qui nous faisait rire et avec le recul je trouve cela dramatique.

14 février 2007

dégâts collatéraux

"S'ils (les Indiens) restent sauvages, on les pousse devant soi en marchant ; s'ils veulent se civiliser, le contact d'hommes plus civilisés qu'eux les livre à l'oppression et à la misère. S'ils continuent à errer de déserts en déserts, ils périssent ; s'ils entreprennent de se fixer, ils périssent encore. Ils ne peuvent s'éclairer qu'à l'aide des Européens, et l'approche des Européens les déprave et les repousse vers la barbarie."
Tocqueville, De la démocratie en Amérique, I, p. 261

12 février 2007

perle rare

Le pire, ce sont les blogs : non seulement les gens ne lisent plus mais ils ne vivent plus. Interdisons les blogs !
. Propos de Jean-Marc Roberts sur le site du Figaro littéraire.

10 février 2007

démocratique

L’Athènes antique est très éloignée de nous dans le temps. On sait qu’elle inventa la démocratie très progressivement et très lentement. Alors que d’aucuns prétendent l’imposer à des peuples qui n’en ont cure, il n’est pas inutile de se souvenir de l’expérience athénienne. Au début, il y a la volonté de vivre ensemble, d’accepter une sorte de discipline collective. Puis apparaît une idée fondatrice : l’isonomie qui est l’égalité ou mieux le partage à parts égales du pouvoir. Cela va bien au-delà de l’élection de représentants. C’est de l’isonomie que procède, comme une conséquences, semble-t-il, l’égalité devant la loi. Reste à fonder l’isogorie, l’égalité du droit de parole. On est citoyen si l’on peut proposer une loi, accuser un homme politique de corruption, etc… En prenant ses responsabilités. Au fond la reflexion vaut pour nous aussi qui élisons un président chargé d’énormes pouvoirs pour cinq ans. Les Athéniens l’auraient nommé tyran ?

08 février 2007

assez de pétainisme écolo !

Une amie de ma fille a mis sur son blog un diaporama sur le manque d'eau sur la planète.Merci à elle de m'avoir fait connaître ce hoax d'un nouveau genre. C'est vraiment terrifiant. Vous pouvez le lire par ce lien.
Dans le genre, je préfère le film "soleil vert", tourné en 1973, à l'époque où l'on redoutait surtout la surpopulation de la planète mais déjà aussi la destruction de la nature. C'était il y a trente ans ; les thèmes catastrophistes changent un peu... Leur sens aussi, il fallait alors régler un problème global et donc alerter les responsables politiques. Aujourd'hui il faut d'abord se sentir coupable ! Il y a bien un problème d'eau sur la planète, mais pas celui de ce mauvais scénario. Ce n'est pas parce que j'économiserai un tirage de chasse d'eau ou des millions que je sauverai la planète ! J'ai vécu un an au Sahara et vu vivre les Touaregs : on peut vivre avec très peu d'eau contrairement à ce que dit le diaporama. Le problème est que la majorité de la planète n'a pas accès à l'eau potable et non pas que les humains en consomme trop ! L'eau est une denrée renouvelable si on la gère bien, là aussi l'histoire est mensongère. Je suis gavé du pétainisme écolo ! Ras-le-bol ! Quand à la terre,je vous rassure, elle disparaîtra un jour, ruinée par les U-V, grillée par le soleil ou percutée par un météorite... et l'homme n'y pourra rien ! Mais alors, rien de rien !
Posté par riri, 08 février 2007 à 08:14

07 février 2007

à propos de Mahomet


Un soutien total à Charlie Hebdo. Le fondement de la démocratie est le droit à l'irrespect et non le triomphe des urnes comme veulent nous faire croire ceux qui aiment trop le silence de la raison (cf. mon message du 22 octobre 2004). Je vous offre une seule des caricatures incriminées, les autres étant, à mon sens, trop insignifiantes. J'en profite pour ajouter qu'il n'y a pas d'islam "modéré" possible, car l'islam est soumission à Dieu et religion "révélée" ; il n'y a donc rien à "modérer". Seuls peuvent exister des Musulmans "modérés", tièdes dans leur foi ou pas. La majorité étant composée bien évidemment de braves gens sympathiques et pacifiques.

P.S. Je note avec amusement que les parties civiles sont constituées de l'UOIF, de la mosquée de Paris et de la ligue islamique mondiale, organisme basé en Arabie saoudite, dont le représentant dit de P. Vial, qu'il est "un arrogant"(sic).

06 février 2007

calme plat

Bon, j'ai décroché trois jours pour aller à La Rochelle programmer des travaux. Mais si j'en crois le nombre de commentaires, je n'ai pas d'amis, ni d'ennemis d'ailleurs. C'est morne. Heureusement que Google Analytics est là pour me remonter le moral : 31 visites jeudi dernier. Demain, c'est décidé, je vous parlerai de la démocratie.

02 février 2007

le temps qu'il fait

De nombreux graphiques traduisant le "réchauffement climatique" sont issus de la publication de Robert A. Rohde, étudiant en PhD (physique) à l'université de Berkeley (CA)sur Wikipedia. En général on montre celui que vous voyez ci-dessous, une vraie catastrophe !








Mais il en est un autre.









Cherchez l'erreur. Il est vrai qu'avec un vice-ministre du développement durable en France, nous serons à l'abri...

01 février 2007

pet-inisme

Puisqu'il en est ainsi, puisqu'hier a vu des candidats à la présidentielle défiler comme des moutons devant le manitou auto-proclamé de l'écologie politique, puisqu'aujourd'hui l'interdiction de fumer est générale, je vous propose une petite interdiction supplémentaire, mais un grand geste pour sauver la planète.
Etant donné que le bétail produit plus de méthane, gaz à effet de serre, que l'ensemble des moyens de transports terrestres (cf. mon message du 8 décembre dernier) et que, bien que moins productifs en gaz, nous sommes beaucoup plus nombreux en têtes, je propose l'interdiction définitive et en tout lieu du pet !

31 janvier 2007

incompris

"Le monde se partage en deux (sic): ceux qui aiment ne pas comprendre (2%), ceux qui en ont peur (49%) et les "sansop". L'avenir est aux sans opinion. L'art comme la science, c'est d'abord ce qu'on ne comprend pas." Francis Marmande dans le journal Le monde daté du 10 février 2005.

30 janvier 2007

o, o !

Sarah enseigne la lecture au cours préparatoire, elle m'a fait lire apprendre à lire à l'école de Roland Coigoux et Sylvie Cèbe, à mettre entre toutes les mains ! J'y puise cette illustration (authentique !) de la méthode syllabique. Comme la lettre O fait le son O et qu'il est interdit d'utiliser des graphèmes que les enfants ne connaissent pas encore, cela nous donne une partie de pêche sans eau, ni bateau, ni ruisseau, ni poisson. Qu'on en juge : "(...)Le père a pêché une loche. Faro la hume, puis il jappe ; la loche ne parle pas ! Il la lèche; alors Leo la chasse. Faro part : il va sur la rive. Il pêche lui-même...une pédale de vélo !(...)". Donc selon certains esprits systématiques chaque enfant de cinq-six ans est à même de mettre en oeuvre des exercices de l'OULIPO ! A condition qu'il s'agisse de l'OLIPO !

27 janvier 2007

libéralisme ou capitalisme

Pour completer les messages précédents, je ne résiste pas au plaisir de citer quelques lignes d'un candidat méconnu à l'élection présidentielle, Edouard Fillias:"il n’y a finalement pas grand rapport entre cette philosophie générale de la vie en société qu’est le libéralisme, dont les retombées irriguent également les domaines économique, social et politique, et ce régime économique moderne de l’entreprise et de la production de richesses qu’est le capitalisme, susceptible d’être lui-même plus ou moins libéral d’ailleurs. Au mieux, leur intersection est limitée, sans recoupement, au domaine économique. D’où l’épuisement des libéraux (doctrinaires ou politiques) dans un combat sisyphien de défense des intérêts particuliers des patrons, du syndicalisme patronal et des grandes entreprises qui n’est pas le leur et les empêche par avance de pouvoir capter la sympathie réelle de larges couches de la société civile. D’où le refus de la gauche d’avancer résolument vers des solutions qui pourraient ressembler à des concessions idéologiques à l’égard du patronat et du pouvoir économique installé.

Pourtant la distinction entre libéralisme et capitalisme est une clé. Elle permet de comprendre la plupart des positions très peu libérales des organisations professionnelles et du monde patronal en général, dans lesquels se retrouve la vaste majorité des entreprises existantes : pour les subventions, pour les niches fiscales, pour le protectionnisme, rebaptisé depuis peu patriotisme économique ; contre les « class actions » et en général contre « l’excès » de réglementation protectrice des consommateurs (qui vise pourtant à compenser dans la plus pure ligne du droit civil des contrats l’asymétrie d’information entre les particuliers et les professionnels), contre le droit de la concurrence etc.
".
source : alternative libérale

26 janvier 2007

confusion immorale (suite)

J'ai eu quelque peine à croire ce que disait Eric Le Boucher dans son billet du journal Le Monde daté du 25 janvier et c'est pourtant exact. La France est représentée politiquement à Davos par J.F. Copé et Christine Lagarde, seuls. J'ajouterai à ce qu'il écrit que les entreprises françaises sont au nombre de 10 dont 3 seulement ne dépendent pas de l'Etat. Par ailleurs aucune entreprise française ne fait partie de la longue liste des membres partenaires. Évidemment on n'annonce aucun candidat à la présidentielle susceptible de se compromettre dans ce genre de lieu : le libéralisme est contagieux, la mondialisation aussi. Personne au monde, vous m'entendez personne au monde, n'a de conseil à nous donner sur quoique ce soit.
Pour savoir qui participe : http://www.weforum.org/en/index.htm

25 janvier 2007

confusion immorale

Qu'est ce qu'on gagne à confondre "libéralisme" et "capitalisme" ? Pourquoi le Parti Communiste ou le Medef font-ils la même confusion de langage ? Pourquoi la France est-elle le seul pays où "libéral" soit une injure ? Eh bien les uns réclament plus de subventions ou d'exonération, les autres plus de "service public", plus de personnel à statut ...Les libertés, ils s'en foutent, mais de l'argent de l'Etat, non. Bref en fin de compte on y gagne toujours plus de dépenses étatiques, donc plus de pression fiscale sur le contribuable et plus de décisions qui échappent au citoyen.
Un rapport officiel vient de montrer que les aides aux entreprises s'élèvent à 65 milliards d'euro,le quart du budget de l'Etat ! Plus que ne rapporte l'impôt sur le revenu (58 milliards). Quant aux dépenses de personnel, elles s'élèvent à 118 milliards, soit 45% des dépenses de l'Etat. Le libéralisme, ce n'est pas pour demain.

24 janvier 2007

transporté

Dany et moi avons essayé vendredi le nouveau tramway T3. Lent mais remarquable de confort. A cette occasion nous nous sommes, comme vous peut-être interrogé sur la fin du réseau de tramways dans Paris, car enfin beaucoup de ville ont gardé au moins les rails. En fait le réseau a atteint son apogée. Dès 1929, le conseil municipal vota la suppression des trams. Certes il coûtait moins cher de prolonger les lignes d'autobus mais surtout les trams "étaient un obstacle à l'écoulement des véhicules". Nous avons entendu cela depuis. Le dernier a roulé le 15 mars 1937, les reporters qui couvrirent l'évènement parlèrent de modernité. On mit longtemps à arracher les rails réputés "dangereux pour la circulation".Il s'agissait donc d'être moderne, cela nous a valu bien d'autres désagréments.

23 janvier 2007

lucide

Après quelques échanges de mails familiaux, il me vient à l'esprit qu'il est impossible d'être lucide dès que l'on se sent coupable de quelque chose. Dans la pratique du yoga on comprend bien que la lucidité n'est d'une attention délibérée aux choses les plus insignifiantes. Par exemple sentir la touche de mes doigts sur le clavier de cet ordinateur. Que puis-je faire d'autre que de m'efforcer d'être présent au monde pour ne pas me sentir coupable d'y être né ?

22 janvier 2007

équilibre

Je ne voudrais pas que l'on pensât que je maltraite spécialement Madame Royal, aussi dédié-je cette brève à Monsieur Sarkozy et peut-être plus finement à Monsieur Hulot.
"Un mammifère carnivore ne peut espérer atteindre une taille éléphantesque. Le rapport entre sa consommation et ses dépenses d’énergie limite sa masse, expliquent des chercheurs. Si les mammifères carnivores ne détiennent pas les records de taille et de poids sur Terre, c’est qu’au-delà d’une certain seuil l’animal ne pourrait plus équilibrer ses apports et ses dépenses énergétiques, selon un nouveau modèle développé par trois chercheurs de la Société de Zoologie de Londres (GB). "
source : nouveau Zob

21 janvier 2007

spiritualité

Quand Madame Royal affirme qu'on peut faire preuve de "spiritualité mais sans dénigrer"... elle ne s'adresse pas à quelque ayatollah mais à Arnaud de Montebourg. cf LCI
Elle fatigue beaucoup.

20 janvier 2007

manipulation

Je reviens sur mon propos (contesté) du 5 décembre qui proposait d'en finir avec l'élection du président de la République au suffrage universel. Si vous avez eu la chance de voir hier l'excellente fiction (?) "poison d'avril" sur Arte, vous vous rapprocherez peut-être de mon point de vue. Si l'on en croit en effet,l'hypothèse du film, et elle est bien argumentée : Chirac, certain de perdre au deuxième tour contre Jospin a manoeuvré avec la télé pour que Le pen obtienne les quelques points nécessaires pour être présent au second tour... et assurer ainsi la réélection à coup sûr de Maître Jacques. A vrai dire je m'en doutais vaguement mais je n'avais jamais fait le lien entre tous les éléments, cela m'évitait de me sentir un peu cocu d'avoir défilé dans la rue entre les deux tours. Mais c'est du grand art et la démonstration de l'absurdité de la procédure.

18 janvier 2007

justes

"Ecoutez ceci, les Anciens,
Prêtez tous l'oreille, habitants du pays !
Est-il de votre temps survenu rien de tel,
ou du temps de vos pères ?
Racontez-le à vos fils,
Et vos fils à leurs fils,
Et leurs fils à la génération qui suivra."
Joël(I, 1-3)
le 29 août 1943, les allemands avaient prévu de rafler et de déporter les quelque 8 000 Juifs résidant au Danemark.
L'arrestation de tous les Juifs danois était prévue pour la nuit du 1er au 2 octobre 1943. Mais les Danois, informés, purent cacher la quasi-intégralité de la communauté juive. La police danoise refusa les perquisitions, les Allemands ne purent qu’entrer chez les Juifs qui ouvrirent leur porte. L'Eglise catholique danoise condamna, le 3 octobre, publiquement, par une lettre pastorale lue en chaire dans toutes les paroisses du pays, la politique antisémite nazie, recommandant de venir en aide aux juifs. La Suède promit d'accueillir les Juifs cachés. Une vaste expédition permit d'envoyer 6 800 personnes par mer dans ce pays, les bateaux de pêche, les voiliers ou les ferries furent utilisés. La Wehrmacht ne manifesta aucun enthousiasme pour remplacer les forces insuffisantes de la Gestapo sur place. Leur action était difficile car la quasi-totalité de la population danoise (y compris les fonctionnaires sans ordre ni concertation) était solidaire des juifs. 450 personnes furent déportées à Theresienstadt où 51 moururent.
L'attaché commercial allemand Georg Ferdinand Duckwitz, averti le 28 septembre de la rafle par son supérieur le SS Werner Best, prévint Hans Hedtoft, président du parti social-démocrate qui transmit aussitôt l'information à la Résistance danoise et à des représentants de la communauté juive. Il a été reconnu Juste parmi les Nations.

17 janvier 2007

un petit air ancien

J'ai enregistré un peu de musique à écouter en ouvrant le "profil" à droite. Qui saurait reconaître cet air ?

16 janvier 2007

Les voyages donnent à réfléchir

Si j'ai bien compris, M. de Robien écoutant comme à son habitude la frange la plus réactionnaire des tenants de l'Instruction avait décidé de s'en prendre au bastion de la pédagogie : les IUFM. En effet la fine fleur des défenseurs de l'Instruction, façon 14-18 pense que la pédagogie est une pratique erronée, nauséabonde et dangereuse, même "de gauche" pour certains. Encore que ces dinausores puissent se rencontrer dans les partis politiques dits "de gauche". Car ces gens sont légion. Quand je travaillais à l'Ecole d'Ingénieur du Cesi, j'ai organisé une formation des formateurs comprennant un zeste de pédagogie. L'une des directeures m'a fait savoir vertement que "la pédagogie, c'est de la merde". Bref M. de Robien avait trouvé l'astuce : puisque la pédagogie est néfaste, nous changerons le statut des IUFM en les faisant rentrer dans l'université et on en profitera pour les aligner sur la seule valeur qui compte : les savoirs académiques (antérieurs à 14-18). Dans son entourage, il y eut quelques esprits rationnels, peut-être effrayés secretement par la nullité des propos de leur ministre sur la lecture, pour suggérer une tournée des pays voisins. Benchmarking, comme on dit. Et là M. de Robien eut la surprise de constater que partout on considérait la pédagogie comme aussi nécessaire au professeur que la pratique du rabot pour le menuisier. Prudent, il a donc décidé de changer le flacon mais pas le contenu. Déjà les réactionnaires crient à la trahison !